Ancienne déléguée médicale, Karine Le Meaux a ouvert son centre RNPC à Saint-Nazaire en avril dernier. Elle nous raconte son parcours et partage ses conseils pour réussir dans cette nouvelle aventure professionnelle.

 

Bonjour Karine, après un parcours comme déléguée médicale, vous êtes aujourd’hui responsable d’un centre RNPC à Saint-Nazaire. Comment avez-vous rencontré RNPC ?

J’ai fait toute ma carrière dans un laboratoire comme déléguée médicale en milieu hospitalier. J’ai grandi dans une famille d’entrepreneurs, créer mon entreprise est quelque chose qui me tenait à cœur depuis toujours. Cependant, des circonstances personnelles m’avaient empêché de le faire jusqu’à maintenant. Ces dernières années, je réfléchissais de plus en plus sérieusement à une reconversion professionnelle.

Un jour j’ai faire une recherche Internet sur « Reconversion professionnelle visiteur médical » et c’est ainsi j’ai découvert pour la première fois Groupe Ethique et Santé. J’ai pris les informations, me suis abonnée à la newsletter RNPC, je travaillais toujours comme salariée mais j’ai conservé ce projet en tête.

Quand le moment de la reconversion professionnelle est arrivé, j’étais prête. Je n’ai pas eu à réfléchir trop longtemps. Tout cela, c’est fait ensuite très naturellement.

Pourquoi avoir choisi la franchise RNPC ?

À 50 ans, je ne voulais pas me lancer toute seule dans l’aventure de la création d’entreprise. Etre indépendante cela a ses avantages mais aussi ses inconvénients, je savais que je ne voulais pas partir seule à l’aveuglette.

Choisir de travailler en réseau pour moi c’est faire le choix de la sérénité. J’ai tout de suite apprécié la qualité et la rigueur des experts RNPC, le coté éthique était aussi très important pour moi. Je savais que l’équipe était compétente. C’était très rassurant. J’ai tout de suite vu les perspectives et le potentiel de développement.

Que pourriez-vous conseiller à un créateur d’entreprise qui voudrait se lancer ?

Personnellement je pense que cela demande beaucoup d’investissement, ne pas compter son temps. Et ensuite je dirai qu’il faut faire preuve de créativité pour trouver la façon de se démarquer, et mettre en place l’approche qui vous correspond le mieux. Rien n’est jamais acquis, il ne faut jamais baisser les bras. Mieux vaut démarrer doucement mais sûrement. Ensuite il suffit d’un bon contact et tout s’enchaîne rapidement.

Autre conseil ?

Bien sûr, il faut avoir l’envie de diriger une entreprise, il faut en vouloir et être prêt à changer de statut. Je me positionne comme une partenaire pour les médecins avec qui je travaille. Ainsi je peux dire aujourd’hui que mon activité professionnelle se développe en continuité avec mes expériences précédentes, à une différence ; le regard que les médecins portent sur mon travail n’est pas le même. Le relationnel est différent et les retours que me font les médecins sont très valorisants. Il ne faut pas hésiter également à développer ses propres outils. Par exemple, j’ai créé des livrets personnalisés pour les clients. C’est très apprécié.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Une chose est claire, je sais pourquoi je me lève le matin ! Nous poursuivons notre développement de manière continue et sereine. Les échanges avec le réseau sont nombreux : c’est très utile de pouvoir compter les uns sur les autres.

La création du comité scientifique avec des experts nationaux et internationaux apporte aujourd’hui un niveau de légitimité exceptionnel à la fois au programme et au réseau RNPC. C’est très positif et porteur de développements à venir.

 

J’ajouterai pour finir une devise d’Idriss Aberkane qui m’est précieuse : « Fais de ta pensée un empire ». L’important est de capitaliser sur l’économie de la connaissance. Ce que nous apporte de manière régulière Rémy Legrand, ce qui me donne la sérénité et le temps de réflexion pour avancer doucement mais sûrement.